La Lumiére

  • TC

Website

http://www.onglumiere.co.za

Address

HLM 2
N° 24
Tambacounda
TC
310
Senegal

About Us

I. CONTEXTE

Le constat a été souvent fait dans les études de terrain, que les collectivités locales issues des processus récents de décentralisation sont loin de disposer des capacités techniques et des ressources financières nécessaires pour prendre en charge les besoins des populations les plus démunies et les moins averties, surtout dans une région comme Tambacounda où la pauvreté et l’analphabétisme sont très présents. La région compte 16.296 ménages pauvres. Prés de 39% des ménages et 46% de la population régionale vivent en dessous du seuil de pauvreté et ne peuvent assurer la ration alimentaire minimum de 2.400 calories. En milieu rural, le seuil de pauvreté affecte 44% des ménages et 17% en milieu urbain (Source DSRP). A ces contraintes au développement, il faut ajouter que la fourniture en services sociaux de base reste encore très faible surtout en ce qui concerne :

• l’éducation, • la santé (- 1 médecin pour 100.000 habitants – 1 sage-femme pour 6.596 femmes), • l’accès à l’eau potable (seuls 9% des concessions sont connectées au réseau d’adduction d’eau potable de la SDE), • la nourriture (la malnutrition chronique frappe 25% des enfants et la malnutrition aiguë affecte 26% des enfants de la région) • l’assainissement (seuls 4% des ménages ont accès à un système d’évacuation des eaux de vanne et 52% des ménages ont recours aux latrines traditionnelles).

Il est bon cependant, de noter qu’il y a des progrès louables au plan politique (démocratisation de la vie publique, multipartisme et décentralisation) qui n’ont pas par ailleurs encore atteint de façon remarquable la vie économique et sociale des populations. Dans ce contexte, il apparaît qu’en dépit de leur émiettement et de leur faible capacité d’action, les organisations de base et les associations locales font partie des rares forces agissantes au niveau local pour remédier au phénomène du chômage, du sous-équipement, de la dégradation environnementale, de la sous information, de l’exclusion sociale.

LA LUMIERE a été ainsi portée sur les fonts baptismaux le 18 Octobre 1999. Elle a obtenu la reconnaissance le 21 avril 2000 sous le numéro 2000 - 11/GR.TC (Gouvernance de Tambacounda) et le 16 juillet 2003 sous le numéro 11303/M.INT/DAGAT/DEL/AS (Ministère de l’intérieur).

Dès la création, La Lumière a su compter sur ses propres forces en développant des programmes citoyens avec certes peu de ressources financières mais avec beaucoup de volonté et de détermination.

Aujourd’hui, plusieurs partenaires nous ont rencontré sur le terrain et ont décidé de se joindre à nous parce qu’étant convaincus par nos modestes résultats. Il s’agit notamment de :

 l’UNICEF  OXFAM AMERICA  Projet SIDA III  CRS  Coopération Française  USAID  CNLS  Avenir de l’Enfant  Centre Jacques Chirac de Thiaroye  ONG CI-BITI  Association Clinique Counseling (ACC)  HACI/SENEGAL  Fondation SKN d’Hollande

II. OBJECTIFS DE DEVELOPPEMENT

1- protéger les enfants déshérités et en danger moral, matériel et social 2- promouvoir, vulgariser et veiller à l’application des droits de l’enfant et de la femme 3- lutter contre les pires formes de travail des enfants ; 4- promouvoir la santé communautaire et préventive surtout en milieu défavorisé 5- appuyer toute initiative de base à caractère communautaire liée à la promotion de la formation, de l’emploi et de l’insertion socio-économique des couches vulnérables 6- développer les activités de reboisement et toute autre action susceptible de prévenir la dégradation de l’environnement et du cadre de vie. 7- Appuyer les collectivités locales 8- Développer l’éducation au développement

III. VISION DE LA LUMIERE Développer l’esprit d’entreprendre solidairement en milieu défavorisé et vulnérable.

IV. MISSION DE LA LUMIERE Contribuer au développement socio-économique et harmonieux des couches vulnérables et défavorisées.

V. AXES STRATEGIQUES

1- lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale 2- renforcement de la démocratie à la base VI. STRUCTURATION

LA LUMIERE est structurée comme suit :

 une Assemblée générale composée de 11 membres  un Conseil d’administration composé de 7 membres  un Bureau exécutif composé de 8 membres (1 Secrétaire exécutif, 1 Chargé de Programmes, 1 assistant de programmes, 1 Comptable, 1 Secrétaire et 3 Responsables d’Opérations)

VII. ORGANISATIONS D'APPARTENANCE La Lumière est membre de plusieurs réseaux de la société civile :

• Collectif des Structures d'Appui aux Enfants en Difficultés (C.O.S.A.E.D) • Réseau santé Sida et Population (RESSIP) / CONGAD • Collectif des OCB, partenaires de la commune de Tambacounda

VIII. DOMAINES D'INTERVENTION La lumière intervient essentiellement dans les domaines suivants :

1- La promotion des droits de l'enfant et de la femme 2- L’Education et la Formation 3- La Santé Communautaire et Préventive 4- L’Insertion sociale, familiale, professionnelle et économique des enfants en situation difficile et des couches vulnérables 5- La Préservation de l’environnement et du cadre de vie 6- L’Education au développement 7- L’Epargne et le Crédit

IX. RESSOURCES DE L'ORGANISATION

9.1. Ressources Humaines

Effectif : 25 personnes dont 18 salariés

9.2. Ressources Matérielles

La lumière dispose de :

• un bureau équipé et fonctionnel à Tambacounda, HLM 2, Villa n° • un bureau fonctionnel à Kédougou • un foyer à Médina Coura • une garderie d’enfants à Quinzambougou • une pajéro 4x4 • Deux motos vitesse honda • un appareil et une caméra numériques • mobilier et matériel de bureau


Share:

Share: