Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde - CADTM

  • WLG

About Us

Le Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde (CADTM) a été fondé en Belgique le 15 mars 1990. Il est constitué de membres et de comités locaux basés en Europe, en Afrique, en Amérique latine et en Asie. La fondation du CADTM s’est basée sur l’Appel de la Bastille, lancé en France en 1989 par l’écrivain Gilles Perrault et le chanteur Renaud. L’année suivante, le CADTM est devenu une association sans but lucratif. Dès sa création, il organise des campagnes qui visent à élargir la sensibilisation et la mobilisation du grand public sur l’urgence de relations équitables entre le Nord et le Sud, comme par exemple “Dette du Tiers Monde : bombe à retardement” (1990), “Dette du Tiers Monde : nécessaire solidarité entre les peuples” (1994-1997), “Du Nord au Sud : l’endettement dans tous ses Etats” (1997-1998) la campagne “ Abolir la dette pour libérer le développement”(2000-2004).1 Il agit en coordination avec d’autres organisations et mouvements luttant dans la même perspective de l’élaboration d’alternatives radicales visant la satisfaction universelle des besoins, des libertés et des droits humains fondamentaux. L’année 1994 marque un tournant pour le CADTM, qui lance, sur le modèle de la campagne « IMF, World Bank, WTO : 50 Years is Enough » initiée aux Etats-Unis un appel mondial intitulé « Banque mondiale, FMI, OMC : 50 ans, ça suffit ! » et qui co-organise en septembre le sommet de Madrid « Les Autres Voix de la Planète ». Le CADTM est directement associé à la préparation et à la réalisation du Forum social mondial, dont les trois premières éditions se tiennent à Porto Alegre, au Brésil. En juin 2002, le CADTM participe activement au Rassemblement des Peuples à Siby (Mali), en contrepoint au sommet du G8 retranché dans les Montagnes rocheuses au Canada, ainsi qu’au Forum social européen de Florence, en novembre 2002, au cours duquel se réunira l’Assemblée des Mouvements sociaux qui lancera l’appel à la manifestation mondiale d’opposition à la guerre contre l’Iraq. Le CADTM ancre son action au carrefour des luttes des mouvements sociaux populaires, des mouvements d’éducation permanente, des syndicats, des comités de solidarité internationale et des ONG de développement. Il est membre du conseil international du Forum social mondial. Son premier objectif est l’annulation de la dette extérieure publique des pays de la Périphérie (Tiers Monde et ex-bloc soviétique) et l’abandon des politiques d’ajustement structurel imposées par le Fond monétaire international, Banque mondiale, Organisation mondiale du Commerce. Il s’agit de mettre un terme à l’endettement et de parvenir à l’établissement de modèles de développement socialement justes et écologiquement durables. Pour le CADTM, l’annulation de la dette extérieure publique des pays de la Périphérie n’est cependant pas une fin en soi. Elle est bien davantage un moyen, une condition nécessaire mais non suffisante au développement véritablement durable et socialement juste qu’il s’agit de promouvoir, tant au Sud qu’au Nord de la planète. La campagne internationale en faveur de l’annulation de la dette du Tiers Monde est aujourd’hui centrale pour le CADTM au sein du mouvement altermondialiste. On peut dire que le CADTM se fixe quatre missions principales : proposer une analyse approfondie des origines et des conséquences de la dette de la Périphérie et des possibilités techniques et politiques de son annulation; élaborer des alternatives de financement du développement humain et de transformation radicale de l’architecture institutionnelle et financière internationale; définir les étapes menant à la garantie universelle des droits fondamentaux et renforcer les mouvements sociaux et les réseaux citoyens aux niveaux national et international et interpeller les représentants politiques à chacun de ces niveaux. Sa mission est aussi de contribuer à l’émergence d’un monde fondé sur la souveraineté des peuples, la solidarité internationale, l’égalité, la justice sociale. Les projets, outils et activités qu’il développe à cette fin s’inscrivent dans une dynamique associant la recherche et l’action: publications, conférences-débats, séminaires, formations, rencontres et manifestations internationales, campagnes de sensibilisation, concerts, etc. Enfin, le CADTM considère comme partie intégrante de ses objectifs et de ses revendications prioritaires l’émancipation des femmes. Il soutient aussi les mouvements et les citoyen(ne)s du Sud et du Nord qui revendiquent une réforme agraire radicale, la souveraineté alimentaire, et qui s’opposent à l’expérimentation, à la mise en culture et à la commercialisation d’organismes génétiquement modifiés. A noter aussi qu’au gré de ses multiples activités, le CADTM s’est doté d’un réseau scientifique international rassemblant des chercheurs et universitaires de tous les continents qui lui permet d’élaborer des analyses scientifiques pointues et de renforcer ses capacités d’Observatoire de la dette et du financement du développement. C’est cette expertise qu’il met au service des mouvements sociaux et citoyens dans le monde.


Share:

Share: